Actualités

Partager sur :
25 avril 2021
Zoom sur

Marie-Anne de Béru (1982) - Tchernobyl par la preuve, de Kate Brown

Vue 36 fois

Tchernobyl par la preuve, de Kate Brown. Actes Sud, mars 2021

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Cédric Weis et Marie-Anne de Béru (1982)

Kate Brown est la première historienne occidentale à avoir travaillé dans les archives du ministère soviétique de la Santé. Après dix ans de recherche – elle a obtenu la déclassification de nombreux dossiers –, d’entretiens et d’enquête de terrain en Russie, en Ukraine et en Biélorussie (jusque dans la Zone d’exclusion), elle nous donne à voir l’étendue du désastre, mais aussi les actions entreprises pour dissimuler la vérité et convaincre la communauté internationale et l’opinion publique de l’innocuité des retombées radioactives. Car les efforts déployés pour dénaturer l’histoire ne s’arrêtent pas aux frontières de l’URSS : plusieurs États occidentaux, des agences de l’ONU, des diplomates internationaux et des scientifiques associés à l’industrie nucléaire ont éludé, voire nié l’existence d’une catastrophe sanitaire de grande échelle.

Cette enquête met en lumière les conséquences irréversibles de la radioactivité artificielle sur l’ensemble du vivant, et nous confronte, jusqu’à la sidération, à ce que nous ont légué des décennies d’accidents et d’essais nucléaires en tout genre. Quoi que l’avenir nous réserve, nous ne pouvons plus continuer à faire l’économie d’un honnête et véritable guide de survie – en cas de nouveau désastre.




J'aime

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.